A 67 ans, Ségolène Royal pourrait prétendre à une retraite à taux plein et même bonifiée. Mais à en croire la rumeur qui se répand dans la presse, Mme Royal a encore le désir d’être utile… A qui ou à quoi peu importe finalement, ce qu’il faut comprendre, c’est qu’elle a fait le don de sa personne au pays et même au delà comme semble le laisser supposer l’intitulé de son association « Désirs de France, avenir de la planète ».  Et justement pour satisfaire cette admirable ambition, elle se verrait bien conduire une “liste citoyenne” qui transcenderait les clivages gauche/droite » en se lançant dans les élections sénatoriales pour les Français de l’étranger. On ne compte plus les postes occupés ou convoités par Mme Royal : candidate à l’élection présidentielle, députée, conseillère générale, présidente de région, ministre ou encore ambassadrice des pôles et aujourd’hui elle ambitionne — et ce naturellement pour le plus grand bien des Français — d’entrer au Sénat.

Dans le passé, l’ex de François Hollande n’a pas laissé que bons souvenir ni à ses attachées parlementaires[1]En 2008, après onze ans de procédures, deux ex-attachées parlementaires de Ségolène Royal, qui réclamaient depuis 1997 le versement de plusieurs mois de salaires non payés, ont obtenu gain de … Continue reading, ni  au socialiste Alain Rousset, président du conseil régional de Nouvelle-Aquitaine qui après un audit de la région Poitou-Charentes présidée durant dix ans par Mme Royal évoquait une situation de quasi-banqueroute, si, la région en 2015 n’avait pas fusionné avec l’Aquitaine et le Limousin. Mme Royal balaiera ces accusations d’un revers de main affirmant qu’il s’agissait d’un règlement de compte politique…  

“Les cimetières sont pleins de gens indispensables, qui ont tous été remplacés”.

Georges Clemenceau

Après son élection en 2017, Emmanuel Macron pour faire une fleur à Hollande ou peut-être plus simplement pour ne pas l’avoir dans les jambes la nommera au poste d’ambassadrice chargée des négociations internationales relatives aux pôles arctique et antarctique. Ce n’est que deux ans après sa nomination que la presse révèle qu’elle n’a jamais mis les pieds dans une réunion du Conseil de l’Arctique, contrairement à ses déclarations publiques. Pire elle est soupçonnée d’avoir utilisé sa fonction à des fins personnelles (déplacements en province, promotion de son livre, de sa fondation, etc.). Fin de l’année 2019 le Parquet national financier a ouvert une enquête, qui vise à vérifier l’utilisation que l’ancienne ministre a fait des moyens mis à sa disposition par le Quai d’Orsay et le ministère de la Transition écologique. Les deux ministères se partageant le financement des trois collaborateurs mis à sa disposition et de l’enveloppe de 100 000 euros de frais de mission et de représentation dont elle disposait. Devenue critique à l’égard de la politique de Macron (Elle espérait devenir ministre dans le second gouvernement Macron…), elle est démise de ses fonctions, le poste sera dans un premier temps supprimé puis finalement rétabli en étant cette fois ci confié à des diplomates de profession.

Et voilà, que s’offre à elle l’opportunité de briguer un poste, bien rémunéré, sans trop de contraintes, ni d’un contrôle financier trop tatillon dans lequel nous en sommes convaincu elle saura donner toute la mesure de son talent qui est sans fond.

References

1 En 2008, après onze ans de procédures, deux ex-attachées parlementaires de Ségolène Royal, qui réclamaient depuis 1997 le versement de plusieurs mois de salaires non payés, ont obtenu gain de cause.La Cour d’appel de Rennes a condamné, l’ex-candidate à l’élection présidentielle à leur verser les salaires qu’elle leur devait.

Laisser un commentaire